Bienvenue sur le site de Véronique Kerdranvat Bon Voyage au Pays de nos lointains Ancêtres
Bienvenue sur le site de Véronique KerdranvatBon Voyage au Pays de nos lointains  Ancêtres

L'homme de Marree

Le chasseur de wallabys serait-il la representation de Thot ou la constellation d'Orion comme je le subodore ?

 

"L’homme de Marree, aussi baptisé géant de Stuart, fait certainement partie des plus grands mystères de notre époque. Découvert le 26 juin 1998 par le pilote Trec Smith qui survolait le Finnis Springs, une région située à l’ouest de la ville de Marree, en Australie-Méridionale, ce géoglyphe, d’une longueur de 4,2km de long et de plus de 15km de circonférence, intrigue depuis plusieurs années le monde entier.L’homme de Marree représente un chasseur aborigène nu, brandissant un bâton (présenté par certains comme un boomerang) qu’il s’apprête à lancer.

Ce géoglyphe intrigue autant qu’il ne fascine. Depuis sa découverte, l’homme de Marree à soulever de nombreuses questions portant notamment sur la façon dont il a été dessiné dans la terre et sur l’identité de ses auteurs.

Malheureusement, jusqu’à ce jour, personne n’a été en mesure de répondre à ces questions.

Des lignes de 20 à 30 cm de profondeur

L’homme de Marree est aujourd’hui considéré comme le plus grand géoglyphe du monde. On ne peut toutefois réellement prendre conscience de sa taille qu’en le survolant depuis le ciel d’où il est visible grâce aux énormes lignes qui le composent.

Les lignes qui tracent cette œuvre ont une profondeur d’environ 20 à 30 cm et une largeur qui peut avoisiner les 35 mètres. Il y a quelques années, on craignait que l’homme de Marree ne disparaisse à cause de l’érosion.

Pour préserver le géoglyphe, un groupe de personnes habitant la ville de Marree s’est concerté en 2016 pour creuser de nouveau ses lignes.

En plus d’avoir creusé le sol à l’aide d’une niveleuse, ces habitants ont également créé des rainures de vent et planté des plantes pour conserver l’eau. L’opération aura duré cinq jours mais elle en a valu la peine. La NASA a prouvé que leurs efforts avaient payé en dévoilant des images de l’homme de Marree pris en juin 2019.

n géoglyphe qui divise

Si actuellement, la majorité de la population australienne voit en ce géoglyphe un patrimoine national à préserver, ça n’a pas toujours été le cas auparavant. Peu de temps après sa découverte, l’homme de Marree avait divisé les Australiens.

Si une partie des Australiens se sont réjouis de cette découverte, d’autres n’y ont vu qu’une forme de destruction de l’environnement, à l’instar de Dorothy Kotz, ministre de l’Environnement à cette époque, qui avait qualifié le géoglyphe de « vandalisme environnemental. » Le Directeur des affaires aborigène d’Australie-Méridionale, quant à lui, a déclaré que ce n’était qu’un graffiti de plus.

De leur côté, les membres de la tribu Dieri, vivant à l’est de la ville de Marree, ont porté plainte pour nuisance et profanation de leur terre. Ils ont eu gain de cause et le site a été fermé pendant quelque temps.

Les Américains seraient-il derrière tout ça ?

Après la découverte de l’homme de Marree, de nombreuses personnes se sont donné pour objectif de découvrir qui étaient les auteurs de cet énorme géoglyphe. Si certains pensent que ça pourrait être l’œuvre d’un artiste d’Alice Springs, d’autres croient que les Américains seraient derrière tout ça.

Au fil des ans, des indices ont laissé penser que ce géoglyphe pouvait avoir été dessiné par des Américains. En janvier 1999, un fax envoyé anonymement a indiqué aux autorités australiennes qu’une plaque se trouvait à 5 mètres au sud du nez du géant de Stuart.

En creusant, les autorités sont tombées sur un drapeau américain, une représentation des anneaux olympiques et un extrait du livre « Le Centre Rouge » de H.H. Fynlaison, qui disait : « En honneur de la terre qu’ils connurent autrefois. Les résultats de ses recherches sont extraordinaires ; une source constante d’émerveillement et d’admiration. » Dans un passage de ce livre, l’auteur évoque la chasse aux wallabies avec des bâtons à lancer.

Les recherches se poursuivent

Malgré ces quelques indices, le mystère de l’homme de Marree reste entier. Actuellement, plusieurs personnes sont encore déterminées à découvrir le fin mot de l’histoire. Dick Smith, fondateur de Dick Smith Electronics et de Dick Smith Foods, fait partie de ceux-là.

Depuis 2016, l’homme d’affaires se penche sur le cas du géant de Stuart. On peut dire qu’il est prêt à tout pour élucider le mystère de ce géoglyphe. Pour preuve, en 2018, il a proposé d’offrir une récompense de 5 000 dollars australiens, soit 3 128 euros, à quiconque lui fournirait des informations fiables sur les auteurs de l’homme de Marree.

Malheureusement pour Dick Smith, personne n’a répondu à son appel. Le mystère concernant l’homme de Marree reste donc entier." source FZN

Pour ma part il s'agit de la représentation de la constellation d'Orion. Voir mon chapitre Australie dans le tome 1 les enseignements secrets 

Grâce à google earth j'ai découvert des géoglyphes représentant la ceinture d'Orion et des traces ressemblant à des fondations de pyramides dans un désert au sud de l'homme de Marree

 

 

 

 

Véronique Kerdranvat

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Kerdranvat Veronique Copyright Tous droits réservés