Bienvenue sur le site de Véronique Kerdranvat Bon Voyage au Pays de nos lointains Ancêtres
Bienvenue sur le site de Véronique KerdranvatBon Voyage au Pays de nos lointains  Ancêtres

SENGIR  en Russie                                           L'ocre rouge dans les rites des Anciens

musée de Moscou

 

 

Le site mystérieux de Sengir en Russie

 

Sungir est un site archéologique du Paléolithique supérieur et un des plus anciens enregistrés de l'Homo sapiens en Europe. Il est situé à environ 200 km à l'est de Moscou, dans la périphérie de Vladimir, et est daté entre 32 050 et 28 550 ans av. J.-C. et par une analyse ADN effectuée en 2017 de 34 000 avant le présent. Découvert en 1955, il a servi de tombe pour un homme plus âgé et deux enfants. Le site a été fouillé entre 1957 et 1977.

Les trois individus enterrés à Sungir étaient tous accompagnés d'objets d'exception dont des lances en ivoire et 13 300 perles en ivoire de mammouth sans doute cousues à l'origine sur leurs vêtements.

Otto Bader a exhumé un fémur néandertalien qui avait été rompu à l'articulation. La cavité avait été remplie avec de la poudre de couleur ocre.

Wikipédia

 

 

Sungir est un site archéologique unique d'importance mondiale, qui est connu comme le plus ancien site septentrional d'Europe du Paléolithique supérieur (ancien âge de pierre), qui existait il y a environ 25-30 mille ans. Cependant, des conflits subsistent à propos de l'âge de ce site paléolithique supérieur (tardif), qui a été corrigé dans des études récentes - il y a près de 35 mille ans. En fait, les premiers habitants du territoire de la région de Vladimir vivaient à Sungir, venus ici de territoires plus au sud (probablement des rives du Don) pendant le réchauffement du climat et la retraite du glacier vers le nord. À cette époque, il y avait de la toundra et des mammouths ici. La base de l'économie des peuples anciens (Cro-Magnon) était une chasse collective pour les grands animaux de troupeaux et la cueillette.

Le site Sungir est situé à la périphérie est de Vladimir, à la droite de l'autoroute M-7, au confluent du ruisseau Sungir et de la rivière Klyazma, ce qui explique son nom. Il a été découvert en juin 1955 lors de travaux de construction: le conducteur de la pelle mécanique a découvert de gros os qui, par identification de scientifiques, se sont révélés être des ossements de mammouths. Un an plus tard, à l'été 1956, une expédition archéologique dirigée par O.N. Bader (1903-1979), archéologue de renom, grand spécialiste des âges de la pierre et du bronze, a découvert à Sungir les restes de maison détruites (jusqu'à 10-15 mètres de longueur), des traces de feu et fosses de foyer. Des milliers d'objets de culture matérielle ont été retrouvés - pointes de flèches, grattoirs en silex, incisives et beaucoup d'ossements d'animaux divers, sur lesquels chassaient les habitants de Sungir (mammouths, chevaux sauvages et cerfs, lions des cavernes, etc.).

La trouvaille la plus célèbre était le "Sungir hobby-horse" - une petite figurine zoomorphe en forme de cheval (longueur 5,6 cm, épaisseur de 4 à 1 mm), sculptée dans une défense de mammouth, décorée d'un motif à pois et peinte avec ocre. Jusqu'à présent, les scientifiques ne peuvent dire avec certitude si l'ornement avait une signification sémantique ou s'il remplissait simplement une fonction esthétique. L'image du cheval était schématique, faite de profil, chaque paire de jambes était une corniche en forme de coin. Un trou traversant (2-2,5 mm) a été percé sur la patte arrière, la surface de la figure a été soigneusement polie, ce qui indique son utilisation comme pendentif-amulette. La partie avant de la tête du cheval est aiguisée comme une lame, ce qui permet d'assumer la fonction de production possible du pendentif. "Sungir hobby-horse" est également connu comme un symbole de ce site mondialement connu d'un homme ancien.
L'événement le plus frappant dans l'étude du site de Sungir fut la découverte de rares sépultures paléontologiques à l'été 1964. Les archéologues ont établi que les «Sungiriens» utilisaient un curieux rituel funéraire: d'abord ils mettaient du charbon et des cendres dans une fosse, puis ils les couvraient d'en haut et le fond de la tombe d'ocre. Probablement, les charbons symbolisaient un feu de joie qui réchaufferait le défunt, et l'ocre symbolisait le sang qui donnait la vie.

 La principale sépulture appartenait à un homme adulte de 55-57 ans, probablement le chef de la tribu. Il est surprenant le physique puissant de S1, qui était au moins 178 cm de haut et plus large dans les épaules (la longueur de sa clavicule est de 190 cm) qu'un homme moderne. Le squelette était couvert d'ocre. De nombreuses perles (plus de 3500) reposaient sur la défense du mammouth, une fois cousues sur les vêtements. Leur agencement permettait de reconstituer le costume: une chemise sans coupe, un pantalon relié à des chaussures, peut-être un imperméable, un chapeau richement décoré de perles et de crocs percés de renard arctique. Les vêtements du peuple Sungir rappellent les vêtements modernes des peuples du Nord. Sur les mains de S1 il y avait deux douzaines de bracelets minces de la défense d'un mammouth et une chaîne de perles. Cette sépulture du Paléolithique supérieur est considérée comme l'une des plus riches. Près de S1, une lance de défense de mammouth de 2,4 mètres de long, complètement droite. Par conséquent, les anciens possédaient la technique de défriser les défenses.

Anthropologue exceptionnel M.M. Gerasimov a restauré le portrait sculptural en conformité avec le crâne de S1. De l'avis du scientifique, c'était une image entièrement formée d'un homme moderne de type caucasoïde.
La saison 1969 a apporté de nouvelles découvertes sensationnelles à Sungir. Une sépulture unique de deux enfants couchés tête à tête (S2 et S3) a été trouvée. Ce rituel funéraire est associé au culte de la fertilité. Ils ont été enterrés dans le centre de la demeure à la place de l'âtre, et étaient également parsemés d'ocre et de perles. Selon les scientifiques, ils étaient un garçon de 12-13 ans (S2) et une fille de 9-10 ans (S3). Leurs vêtements étaient couverts de 7500 perles. Un couteau en silex et une aiguille en os avec un oeil ont été insérés dans la main de S2. Le chapeau était décoré d'une couronne faite de crocs de renard arctique. Sur la poitrine, une figurine de cheval, semblable à celle trouvée en 1956, et sous l'épaule gauche - une image sculptée d'un mammouth. Sur S3 il y avait un bandage de tête orné de perles d'os, à la taille - une ceinture densément doublée de crocs de renard polaire. En plus des ornements, des lances (1,66 m et 1,1 m) ont été trouvées dans l'enterrement, sculptées à partir d'une seule défense de mammouth redressée, fléchettes, poignards, disques fendus, probablement d'une signification rituelle. 

Conformément aux crânes de S2 et S3, des portraits sculpturaux d'enfants Sungir ont été reconstitués en 1979 par des anthropologues T.S. Surnina et G.V. Lebedinskaya, étudiants de M.M. Gerasimov.

Depuis près d'un demi-siècle de recherches archéologiques à Sungir, plus de 5 000 mètres carrés de couche culturelle, situés à une profondeur de 2,7 à 3,5 mètres, ont été fouillés - près de la moitié de la superficie estimée de la colonie. La collection la plus riche de plus de 70 000 articles différents a été reçue. Au total, les restes de 6 personnes ont été trouvés. Probablement, le site de Sungir existait ou était régulièrement visité par les gens pendant 2-3 mille ans.

Les fouilles du site de Sungir sont périodiquement renouvelées. Les plus remarquables ont été les travaux de 2005, dirigés par Nikolai Ottovich Bader, le fils d'un archéologue hors pair, O.N. Bader, le fondateur de la recherche archéologique du site antique. NON. Bader a conclu que le site de Sungir était utilisé par des chasseurs nomades qui se déplaçaient après les ruisseaux de rennes migrateurs. En 2005, trois excavations de reconnaissance (fosses) ont été posées dans une nouvelle zone de plus de 5 mètres de profondeur. Dans la couche antique jusqu'à 70 mille ans une découverte unique a été découverte: un fragment d'os d'un animal inconnu avec des traces de l'impact humain.
Début octobre 2017, la revue Science publiait les derniers résultats de l'étude des restes de 6 personnes trouvées à Sungir dans les années 1960, par un groupe de scientifiques du Danemark, de Russie, du Portugal, de Suisse, des États-Unis et d'autres pays. Les nouvelles technologies ont réfuté la théorie établie sur le genre des enfants Sungir: ils étaient tous les deux des garçons. S2 et S3 étaient cousins ​​ou même cousins ​​au second degré. Les scientifiques croient que les enfants, ainsi que l'homme Sungir (S1), provenaient d'une tribu, qui plus tard a été génétiquement divisée en plusieurs groupes indépendants. Les anciens, à qui appartenaient les «Sungiriens», contrairement aux Néandertaliens éteints, organisèrent de grandes unions de plusieurs tribus de 200 à 250 personnes, ce qui permit à la diversité génétique de se développer.
n: assis sur ses genoux, il a tourné quelque chose avec sa main droite. En outre, selon la forme de son crâne, les chercheurs ont suggéré qu'il portait lourdeur sur sa tête pour de longues distances. L'autre garçon (S2) a "squatté" pendant la plus grande partie de sa vie. Le type spécifique de leurs activités est encore un mystère.

L'analyse chimique de la partie minérale des restes a montré une concentration assez élevée de cuivre et de cadmium, ce qui indique la présence dans le régime alimentaire des populations antiques d'un nombre important d'invertébrés, d'arthropodes marins et de mollusques. En outre, la présence de microéléments suggère une grande proportion d'aliments végétaux. Les chercheurs pensent que les "Sungariens" pourraient faire cuire des aliments chauds, puisque la viande traitée thermiquement était consommée même par les Néandertaliens.

Le matériel archéologique riche et diversifié découvert à Sungir représente des données uniques sur le mode de vie, les vues religieuses et les rites de nos ancêtres qui ont vécu ici il y a plus de 30 mille ans. Les études sur Sungir continuent. Un modèle de rite funéraire d' enfants et de nombreuses trouvailles de Sungir sont présentés dans l'exposition du Musée historique de la réserve-musée de Vladimir-Souzdal. Malheureusement, jusqu'à présent, l'idée de créer le centre de musée archéologique "Sungir" sur le site d'un monument unique - le site du Paléolithique supérieur d'un homme antique reste non réalisé.

Auteur: V. Korolkova traduit par V. Kerdranvat

 

rondelles découpées dans l'ivoir de mamouth
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Kerdranvat Veronique Copyright Tous droits réservés